Communiqué de Presse 02/01/2020

Réponse apportée par HIC à l’initiateur de la pétition pour la réouverture du dossier de contournement d’Hennebont

Nous partageons votre constat et sommes bien conscients des difficultés de circulation qui sont difficilement supportables pour les habitants du Pays de Lorient et en particulier les Hennebontais. La Ville d’Hennebont subit, depuis plusieurs années, ce phénomène du fait des encombrements de la N165 en semaine (tronçon entre Landévant et Hennebont ouverts en 1976 pour contourner le centre-ville d’Hennebont – construction du pont de Locoyarn), accentué aujourd’hui par les travaux du pont du Bonhomme.

Pour résoudre ces difficultés de circulation, il est important d’avoir une approche globale de la question afin de permettre l’amélioration des conditions de circulation sur la Ville d’Hennebont (en période scolaire : une heure le matin et le soir les lundi, mardi, jeudi et vendredi) et plus largement à l’échelle du Pays de Lorient.

Pour rappel, lors du doublement du franchissement sur le Scorff de la N165 en 2007, il était dit qu’il règlerait le problème pour 10 ans. Cette prévision s’avère exacte.

Le projet de contournement d’Hennebont a été abandonnée en 2012. Il n’avait pas pour objectif de contourner Hennebont dans la direction est-ouest mais de désenclaver la ville d’Inzinzac-Lochrist par une route plus rapide. Avec ou sans rocade, les habitants d’Inzinzac-Lochrist contournent Hennebont et le Blavet en passant par la route du Temple ; l’affluence au nouveau giratoire de la Villeneuve le matin en témoigne. Relancer une réflexion sur ce contournement nous semble une réponse inadaptée au problème actuel et impossible sur le plan environnemental, compte tenu de l’évolution législative.

De plus, le coût estimé de 20 millions d’euros aurait une utilité bien supérieure dans des équipements favorisant le covoiturage, les déplacements doux, les transports collectifs ou même les accès à la RN 165 ou un franchissement du Blavet.

Il faut que chacun joue son rôle. Quels rôles de l’Etat, des collectivités (Communes, Agglomération, Conseil départemental, Conseil régional), des établissements scolaires, des entreprises, … ?

La mobilisation de tous est nécessaire pour accompagner la transition vers des mobilités plus durables et une circulation automobile soutenable.

L’Etat

  • Loi d’Orientation des Mobilités avec pour objectif d’engager une transformation profonde et améliorer concrètement la mobilité au quotidien grâce à des solutions de transport plus efficaces, plus propres, plus accessibles.

 

Hennebont

  • Suppression des feux tricolores qui permet de fluidifier le passage du pont Jehanne La Flamme, fluidité constatée en journée, en particulier par les entreprises de livraison ;
  • Réalisation de travaux avenue de la République et aménagement de voies de bus pour favoriser les transports en commun.
  • Demande de réalisation d’un échangeur complet au Toul Douar: la municipalité a interpellé les Maires de Lanester et Caudan à ce sujet.  Cet aménagement de l’échangeur permettrait l’accès aux usagers de la rive droite d’Hennebont, du Nord de l’agglomération à la RN165 en direction de Vannes et ainsi de diminuer la circulation en centre-ville d’Hennebont.
  • Inscription au Plan Local de l’Urbanisme (PLU) d’un emplacement réservé afin de permettre la réalisation future d’un deuxième franchissement du Blavet (approbation lors du conseil municipal du 30/01/20).
  • Maintien au PLU d’une réserve foncière à Kerorben à hauteur de la voie ferrée avec le projet d’y réaliser une halte ferroviaire dans l’ancienne maison du garde-barrière.

Lorient Agglomération et le Conseil régional

  • Amélioration du cadencement TER/bus dans le cadre du nouveau réseau de transport.
  • Poursuite des aménagements d’infrastructures en faveur des transports collectifs (bus, batobus, covoiturage), pour faciliter la marche et le vélo, développer une offre et des services de mobilité, ainsi que le covoiturage.
  • Poursuite de l’organisation des transports collectifs non urbains, réguliers ou à la demande.

Conseil départemental

  • Prise en compte systématique des mobilités douces dans le cadre des aménagements sur son réseau routier.

Plus globalement, les communes, les établissements scolaires et de formation, les entreprises par la mise en place de plans de mobilité et d’actions concrètes autour des déplacements domicile-travail ou domicile-étude : nouvelles pratiques de travail pour éviter les déplacements, incitations financières à prendre les transports en commun, favoriser les mobilités douces et partagées, …

Le Plan de Déplacements Urbains représente un enjeu clé du Pays de Lorient pour 2020-2026.

Pour Hennebont, cela signifie concrètement :

  • Une aire de covoiturage à la Villeneuve Parco et associé à un arrêt de bus (terrain acquis par la Ville D’Hennebont) ;
  • La réalisation du double échangeur au Toul Douar ;
  • Un nouveau cadencement TER/bus ;
  • Une halte ferroviaire au Parco ;
  • Une programmation d’un franchissement du Blavet entre le viaduc SNCF et le pont de Locoyarne.

Les porte-paroles de la liste Hennebont Initiatives Citoyennes

Article précédent
Communiqué de presse 15/11/19
Article suivant
Ouverture du Local de Campagne
Menu